Comme le dit si bien M Le Nain, on saura ce qu’il en est un jour, lorsque les personnes qui sont à la tête de la mise en place de la dictature mondiale par la peur et l’exécution des personnes non conformes aux valeurs de celles-ci, seront présentées devant un tribunal équivalent à celui de Nuremberg.

En effet, il se passe quelque chose de bizarre.

N’étant pas de nature complotiste, même si j’ai l’impression de le devenir jour après jour, je me pose des questions, lesquelles sont sans réponses.

  • 1 – Un jour est né un virus, Corona 19, qu’il a été prénommé, soit disant né du mariage d’une chauve-souris et d’un pangolin selon certains ou du mariage d’un virus de grippe, avec un morceau de virus du HIV comme l’a dit Le Dr Luc Montagnier qui a été l’un de mes intervenants à la Fac, et ce confirmé par la virologue Chinoise, Dr Li-Meng Yan .
  • 2 – On ne sait pas quand est né ce virus.
  • 3 – Certains prétendent qu’il est né en octobre 2019, d’autres dans l’été 2019, d’autres enfin qu’il est né bien plus tôt, dans les années 2017… Et là bonjour les complots.

Preuves que la pandémie était planifiée dans un but précis.

Je ne sais pas ce que vous en pensez, moi, cela me paraît trop « énaurme »…

Mais comme je vous le disais, je me répète, je ne suis pas encore complotiste à ce point, même si certains détails m’interpellent.

  • 4 – Tout d’abord quelques petits détails

Déjà, dans mon temps (oui je suis vieille, même si je n’ai pas encore septante ans), une pandémie (du grec pan : tout ; demos : peuple, population) se définissait comme une « épidémie de grande ampleur », « une forme d’épidémie s’étendant à un continent, voire à la terre entière », « une épidémie sur une vaste zone, affectant généralement une grande partie de la population et s’étendant ou survenant largement sur une région, un pays un continent ou à l’échelle mondiale ».

La première apparition du mot pandémie remonte à 1666. Le médecin Gideon Harvey (1636/7–1702), né aux Pays-Bas, l’emploie dans le premier chapitre intitulé On the original, contagion, and frequency of consumptions de son ouvrage Morbus Anglicus édité en 1666 à Londres. Il écrit : « a Pandemick, or Endemick, or rather a Vernacular Disease (a disease alwayes reigning in a Countrey) »

En français, le mot pandémie apparaît dans l’édition de 1752 du Dictionnaire universel françois et latinvulgairement appelé Dictionnaire de Trévoux, ainsi que dans le dictionnaire de l’Académie de 1762. Il est alors considéré comme un synonyme d’épidémie. Quant au Larousse du XIXe siècle, il en donne la définition suivante : « maladie qui s’attaque à presque tous les habitants d’une contrée ».

Outre-Atlantique, il faudra attendre plus longtemps avant de voir le terme pandemic entrer dans un dictionnaire, en l’occurrence celui de Noah Webster (1758-1843)

Il écrit : « Les théories sont peu utiles, mais les faits sont d’une importance infinie ; et nous considérons chaque nouveau fait ou observation sur le sujet des maladies pestilentielles comme méritant une attention particulière ».

Je viens de recopier des extraits issus d’un article du Monde (comme quoi, parfois, le Monde est encore capable d’écrire des infos vraies !

Pandémie : histoire d’un mot et d’un concept

Gestion de cette pandémie.

  • A l’origine, quelques cas en Chine suffisent pour déclarer la « pandémie ».  Bizarre, vous avez dit bizarre … Pourquoi quelques cas sont-ils aussitôt qualifiés de pandémie ?
  • Puis, c’est le déni
    En même temps on appelle pandémie 2 ou 3 cas uniquement en Chine et on refuse toute méthode de protection de celle–ci.
  • Puis, « on » accepte que la maladie arrive chez nous, mais, basta, pas besoin de gestes d’hygiènes qui ne servent à rien.
    A ce sujet, j’avoue avoir cru longtemps que les FFP2 qui étaient utilisés par les infirmières, mes confrères et les chirurgiens servaient à quelque chose, jusqu’au jour où je lis sur un site web, qu’ils étaient inutiles et que c’était écrit sur les boites.

Je me précipite sur ma boite, utilisée par mon conjoint lorsqu’il bricole, pour constater que ce n’était pas un bobard. Les masques FFP2 (imaginez les masques chirurgicaux, moins bien performants) ne protègent pas contre les infections !!!

  1. Donc : pas de masques même pour les soignants (cela limite tout de même la charge virale, lorsqu’elle est trop importante, d’autant qu’ils sont continuellement au pied du lit du malade !!), pas de charlotte, pas de surblouse, pas de gants …
  2. Mais aussi pas de respirateurs
  • Là, on touche à l’un des nœuds du problème : depuis Monseigneur Jospin et sa copine, devenue ministre sous Nicolas, Roselyne Cachalot, la suppression des lits s’est accélérée, les investissements et les suppressions de services aussi !
    Donc, aujourd’hui, si les services restants sont saturés, c’est tout simplement parce qu’il n’y en a plus
    Donc pourquoi le gouvernement a-t-il refusé l’aide des cliniques privées.
    Si c’est une question de financement, il suffisait de dire : exceptionnellement, vous ne pourrez facturé que le montant Sécurité Sociale !
  • Pandémie, mais maladie non grave ( !), puisqu’on la soigne au Doliprane (paracétamol). Méthode bizarre puisque celui-ci supprime la fièvre qui est importante en cas de maladie virale, car elle aide à la mort des dits virus qui n’apprécient pas une température de plus de 37° C, et, de plus diminue les capacités du système immunitaire et esquinte les reins…

D’autant que les reins sont déjà fragilisés par l’âge de la plupart des malades, qui sont âgés et polypathologiques !

  • Ensuite, oups, c’est génial, on endort les pauvres malades « en fin de vie » avec du Midazolam (Hypnovel), jusqu’à leur mort naturelle (ce qui est faux dans 90 % des cas : on les euthanasie)
  • Là, arrive le Professeur Raoult avec son protocole à l’Hydroxychloroquine.

Il précise bien que ce protocole n’est valable qu’au tout début de l’infection, car il diminue la charge virale et il y a donc moins d’effets délétères du virus sur l’organisme.
Un antibiotique pour supprimer les surinfections,  de la cortisone et un anticoagulant dans les cas plus graves et c’est gagné pour un très grand nombre de malades (même chez certains centenaires !!!)

  • Là, hop : interdiction de l’hydrochloroquine, soit disant dangereuse (cela fait 70 ans qu’on s’en sert sur la planète sans effets secondaires graves si on est suivi par son médecin (cœur, reins, en particulier), et surtout interdiction de faire une extension d’AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) pour cette maladie
  • Mais hop, en même temps, extension d’AMM pour le Rivotril chez les malades gravement atteints, alors que celui-ci a une contre-indication absolue en cas de… tenez-vous bien- d’insuffisance respiratoire sévère, comme le midazolam, d’ailleurs, mais qui est en rupture de stock.
  • Parallèlement, on confine (après les élections municipales (ouf, LREM a pris une claque) les malades avec les non malades, histoire de propager l’épidémie, sans doute ?
    Et ce en disant que cela permet d’éviter sa propagation…
  • Bien sûr, on met en place un ausweis que de façon perverse on fait imprimer et remplir par le pauvre hère qui a besoin d’aller chercher son pain (pas une baguette, hein, mais au moins trois, non mais !), un peu comme si on lui demander de tresser la corde pour se faire attacher
  • Et puis, on supprime le confinement et on met en place l’obligation de porter un masque
  • J’oubliai : les gestes barrière… Rien que cela m’agace au plus au point !
    Gestes d’hygiène, oui, mais gestes barrières, cela signifie quoi ?

La fin des liens sociaux, tout simplement.
Pourquoi ainsi amener à la suppression des liens sociaux ?
N’oublions pas que le virus est moins dangereux lorsque nous sommes assis immobiles, que lorsque nous sommes debout, immobiles. Il adore l’altitude !

J’espère que personne d’entre nous ne le ferait !

Sans doute pour cela que l’on peut chanter sans masque assis, mais que nous sommes obligés de le mettre dès qu’on se lève, même si on reste immobile !

 

  • Bien sûr dominant tout cela, le passage à la TV du croque mort en chef, qui annonce tous les soirs le nombre de morts, sans bien sur dire le nombre d’euthanasies qui ont été effectuées !
  • Et puis sont arrivés les tests pour tout et rien (systématique à l’entrée en hôpital, pour les soignants, demandé par certaines entreprises…) alors qu’au départ, il était impossible (et donc inutile) d’en faire faire … Tests gratuits avec de grandes campagnes pro-tests (et des queues inouïes devant ces centres de test).
    Et pourtant, on sait que les tests sont peu fiables, que pour avoir de plus en plus de cas confirmés, on augmente la concentration (cycles) des quelques fragments viraux afin de les trouver positifs..
    Car le nombre de morts diminuant (quand bien même on étiquette mort du Covid les personnes qui décèdent avec le Covid mais morts d’une autre cause), maintenant on parle de cas !
  • Ensuite, obligation d’être en groupe de 10 maximum, puis par groupe de 6 chez soi.
  • Maintenant voici le couvre-feu, du jamais vu depuis la dernière guerre, dans certains départments.

  • Oh, j’oubliais :
    « L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a rejeté la demande de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection de Marseille, dirigé par le professeur Didier Raoult, d’utiliser l’hydroxychloroquine de façon exceptionnelle pour traiter des patients atteints du Covid-19. L’établissement public a publié sa décision vendredi 23 octobre sur son site internet. »
    « le 16 octobre 2020
    Par dérogation à l’article L. 5121-12-1 du code de la santé publique, la spécialité pharmaceutique Rivotril ® sous forme injectable peut faire l’objet d’une dispensation, par les pharmacies d’officine en vue de la prise en charge des patients atteints ou susceptibles d’être atteints par le virus SARS-CoV-2 dont l’état clinique le justifie sur présentation d’une ordonnance médicale portant la mention « Prescription Hors AMM dans le cadre du covid-19 ».
  • Richard Ferrand est favorable à un report des élections régionales, estimant qu’il sera impossible de faire campagne correctement en raison de l’épidémie de Covid 19
  • Le président Emmanuel Macron « est en quête de consensus pour éventuellement décider » d’un report et il « sait très bien que le consensus sera silencieux » mais qu’« il y aura des querelles dès que la décision sera prise », a-t-il relevé.
    « Mais chacun doit être conscient au fond de lui » qu’en raison de l’épidémie « on ne pourra pas faire cette élection comme notre démocratie l’exige ».
  • Et aujourd’hui, 25 octobre, j’apprends que
    « La situation est grave et le temps n’est plus aux demi-mesures. L’élargissement immédiat des horaires du couvre-feu à partir de 19 heures en semaine et l’instauration d’un confinement les samedis et dimanches sont nécessaires », écrivent dans un communiqué les représentants de l’Union Régionale des Professionnels de Santé (URPS) des médecins libéraux Auvergne-Rhône-Alpes.
  • Sans compter l’éviction des Dr Peronne, Toussaint, Sacré…Les Pr Laurent Mucchielli et Laurent Toubiana… entre autres voix différentes de celles de nos politiques

J’ai sans doute oublié quelques directives, car, comme chacun le sait :

Mais toutes ces questions restent pour moi sans réponses.

Il est clair et évident que nous saurons forcément un jour le pourquoi du comment ;

Quand, je ne sais pas, car j’ignore quand nous pourrons mettre en place un Nuremberg, d’autant que lorsqu’on voit les queues devant les pharmacies pour acheter un vaccin anti-grippe saisonnière (efficace dans 30 % des cas, 70 % les meilleures années, lorsque les spécialistes des trajets et de la force des vents ne se sont pas trompés et lorsque, gentils et paresseux les SRAS n’ont pas muté), j’ai de gros doutes sur la mobilisation des veaux (les français en tous cas, j’ignore pour les autres pays)

Je pense que les queues seront encore plus importantes lors de la vente du vaccin, pas obligatoire, ce n’est pas légal dans l’état actuel de nos lois, mais pouvant être imposé à l’entrée de magasins, théâtres, cinémas, bars, restaurants, lieux culturels, avions, trains … ce qui serait là, légal, si je crois en ce que j’ai pu lire !!

Lorsque l’on voit comment ce vaccin semble être conçu, je préfère encore ne plus voyager et ne plus aller dans les magasins que de me faire injecter un truc destiné à modifier la façon dont fonctionne mon système immunitaire.
J’ai plus de mal à croire à l’insertion d’une puce , mais dans ce cas, pourquoi ne pas se balader avec une ampoule de vaccin dans sa poche si besoin ?

  • Aujourd’hui un article passionnant du Dr Maudrux sur le scandale de l’interdiction de l’hydroxychloroquine, qui finit ainsi :

«  Le malheur, c’est que chez nous, ce sont les politiques et les hauts fonctionnaires qui soignent, pas les médecins. Le titre de l’article d’un médecin américain publié dans Covexit m’interpelle : « Chose truth and chose life ». Pourquoi ? Parce que nous sommes à l’opposé : « choisissez le mensonge et choisissez la mort. » 

Chloroquine : le plus grand scandale sanitaire (français) du siècle ?

Aussi, tout complotisme écarté, il semble évident que cette manipulation générale est planétaire.

Pourquoi ? Car j’ai l’impression que l’on cherche à tuer l’être humain :

  • Rupture des liens sociaux fondamentaux
  • Interdiction d’utiliser des traitements efficaces
  • Quasi obligation d’utiliser des traitements létaux
  • Confinements permettant l’augmentation de la contamination
  • Bien qu’ayant parlé longuement de l’immunité de groupe, mise en place de méthodes qui l’empêche de se mettre en place…

Et surtout dans quel but…

  •  
    1.1K
    Partages
  • 1.1K
  •  
  •  
  •  
  •