La fusillade qui a éclaté ce mardi, vers 13h, dans le centre de Pantin, a fait une victime : la fille de 10 ans de l’homme ciblé, grièvement blessée. La cible de ce règlement de comptes n’était autre que Yassine Cheambi, un caïd condamné à 25 ans de prison pour meurtre, dont Éric Dupond-Moretti avait obtenu l’acquittement.

Les faits se sont déroulés ce mardi, en début d’après midi. Un individu “de type nord-africain” a tiré avec un fusil d’assaut de type Kalashnikov sur un véhicule dans lequel se trouvait Yassine Cheambi et sa fille. La cible n’a pas été touchée, en revanche sa fille, âgée de 10 ans, a été gravement blessée au dos et emmenée d’urgence à l’hôpital.

Les médias ont d’abord parlé de la piste d’un règlement de comptes car l’homme visé était connu des services de police et venait d’être libéré de prison.

POUR EN SAVOIR PLUS: Une fusillade à Pantin! Une fillette de 10 ans victime collatérale d’un tireur “de type nord-africain”

Mais, une fois l’enquête approfondie, il s’avère qu’il s’agit du caïd Yassine Cheambi, condamné à 25 de prison pour d’avoir tué de trois décharges de chevrotine Zoheir Benbouabdellah, abattu en juin 2013 dans un bar du quartier des Amandiers, à Paris, pendant une partie de poker, un concurrent dans le trafic de stupéfiants.

L’homicide s’inscrivait dans un contexte de rivalités entre deux gangs du quartier de la Banane, situé entre Ménilmontant et le Père-Lachaise dans le XXe arrondissement parisien. Depuis 1997, deux puissantes familles du “milieu” s’entredéchirent, se tuent, se font la guerre…

Après l’exécution de Zoheir Benbouabdellah, c’est Essma, la sœur cadette de Yassine Cheambi, qui a été abattue au volant de sa voiture à Pantin, en 2016, en une sorte de vendetta maghrébine.

En première instance, la cour d’assises de Paris a condamné quatre prévenus, dont Yassine Cheambi, reconnu comme étant le tireur, à des peines de prison allant de 6 à 25 ans de prison.

Incarcéré depuis 2015, ce dernier a toujours clamé qu’il était innocent jusqu’à février 2020 lorsque Me Dupond-Moretti, à l’époque pas encore ministre, a obtenu son acquittement (le 145e depuis le début de sa carrière), ce qui a permis au caïd de sortir rapidement de prison en vertu de la réduction automatique des peines, après avoir purgé huit ans d’emprisonnement pour une autre affaire d’association de malfaiteurs.

Avant de devenir ministre de la Justice, en juillet 2020, Éric Dupond-Moretti s’est notamment illustré dans de nombreux procès retentissants qui ont fait sa renommée médiatique.

Il détient le record des acquittements obtenus par un avocat sur le territoire français. Pour ses résultats, il est surnommé “Acquittator” dans les prétoires. En février 2020, il obtient son 145e acquittement, celui de Yassine Cheambi.

Sources : Le Parisien/ Le Point

Gérard Info - GérardInfo - gerard info - france - blog - média - populaire - diffuse l’info que les grands médias veulent censurer

  •  
    705
    Partages
  • 705
  •  
  •  
  •  
  •